• Bienvenue sur le site de Propositions Citoyennes de l'UCD.

    Ici vous avez la parole!

    Exprimer vos avis! Vous êtes vivement convié à contribuer à l'élaboration d'un projet en apportant vos idées, quelqu'elles soient, sans hésiter! Il n'y a pas de mauvaises idées! C'est en participant, en proposant, en débatant... que vous ferez avancer les choses!

    Que se soit sur :

    • le Forum,
    • sur le site de l'UCD
    • où sur ce site.

    La parole est à Vous!!


    votre commentaire
  • Bienvenue dans la partie "Propositions Citoyennes" de l'UCD. Ici vous trouverez, toutes les propositions faîtes depuis le mois de mai. Vous êtes évidemment invité à réagir à ces propositions mais aussi en faire en cliquant sur "commentaires" (en fonction du thème abordé par exemple pour L'Emploi cliquez sur "commentaires" correspondant à ce thème pour y laisser vos propositions et réactions sur L'Emploi etc...) ou bien en envoyant vos propositions à unioncitoyenne@gmail.com (en indiquant dans "Objet" à quel thème elles correspondent)

    votre commentaire
  • - Nouveau Statut du Fonctionnaire : Créer une véritable mobilité de carrière dans la fonction publique
    Donner la possibilité de passer rapidement de la fonction Publique d'Etat à la Fonction Territoriale ou Hospitalière

    - Créer un Statut de fonctionnaire unique pour les Fonctionnaires d'Etat et Territoriaux

    - Mise en place de véritables services des ressources humaines au sein de toutes les institutions et organismes publics
    Gestion de carrières et de réorientation professionnelle. Mise en place d'une politique d'intéressement aux résultats....

    - Mise en place de services d'audit et de contrôle de gestion au sein de toutes les institutions et organismes publics

    - Donner la possibilité d'un recrutement hors concours par les Services de Direction Humaines pour les postes administratifs et de direction

    votre commentaire
  • De meilleures conditions salariales sont aujourd'hui nécessaires alors que le pouvoir d'achat ne cesse de se réduire pour une majorité de francais, l'endettement par famille augmente avec les crédits à la consommation, et les classes moyennes disparaissent progressivement.

    - Répercussion jusqu'à 50% des charges sociales du salaire brut sur le salaire net mensuel pour TOUS les salaires
    Soit une augmentation généralisée de tous les salaires nets de 5 à 10%
    Pourquoi ?
    - Le pouvoir d'achat a considérablement diminué ses dernières années et le coût de l'énergie le pénalise encore plus ces derniers temps
    - Ce sont toujours les classes moyennes les plus pénalisées depuis plus de 20 ans par l'action sociale de l'Etat, réduisant chaque année ainsi la classe moyenne et créant un fossé grandissant entre les grandes fortunes et les personnes dans la précarité dont le nombre augmente constamment.

    - Favoriser et développer l'actionnariat salarié et l'investissement des salariés dans les PME/PMI
    Pourquoi ?
    - Donner la possibilité d'autres sources de revenus aux salariés
    - Permettre aux salariés de contribuer au développement de leur entreprise et donc à l'économie
    - créer un plus fort sentiment d'investissement au sein de son entreprise avec une participation aux bénéfices
    - améliorer les relations entre salariés et les directions d'entreprises

    - Revalorisation du SMIC entre 2% à 5% en 2007 en fonction de l'inflation et de l'augmentation du coût de la vie
    Pourquoi ?
    - Une trop forte augmentation du SMIC handicape l'économie et donc l'embauche
    - Une trop forte hausse augmente le taux de salaires proche ou égal au SMIC et crée par cet effet un sentiment plus fort de précarité

    - Introduction de l'Intéressement dans le service public
    Rémunération qui prend en compte les résultats et objectifs réalisés par le fonctionnaire selon des indicateurs de performances prédéfinis tel que la qualité de service ou encore l'optimisation de traitements d'opérations.
    Pourquoi ?
    - Apporter une plus grande motivation au travail des fonctionnaires avec une rémunération au mérite

    - Rendre obligatoire la Participation à toutes les entreprises qui font des bénéfices
    Obligation pour toutes les entreprises réalisant un bénéfice net dépassant 5% de leurs capitaux propres au lieu des entreprises de plus de 50 salariés uniquement.
    Pourquoi ?
    - La majorité des emplois du privé sont dans les PME

    - Refonte du mode de calcul de la réserve spéciale de participation
    Permettre une plus grande contribution aux salariés. Prise en compte du nombre de salariés, de la part de réinvestissement en particulier dans la recherche, de la contribution à des projets associatifs ou de mécénat...
    Pourquoi ?
    - Favoriser et inciter les entreprises citoyennes

    - Donner au salarié le choix de bloquer ou non les sommes qui lui sont versées au titre de participation
    Pourquoi ?
    - Donner la possibilité à chacun de gérer sa rémunération comme il l'entend


    - Amélioration des rémunérations pour les heures « choisies »
    La réalisation d'heures choisies peut être appliquée sur demande du salarié après acceptation de l'employeur. Elle est un accord entre les deux parties et ne peuvent être imposées ni par l'une ou l'autre partie. Le comité d'entreprise ou, à défaut, les délégués du personnel devront en être obligatoirement informés. Cet accord doit en outre :
    - préciser les conditions dans lesquelles ces heures choisies sont effectuées
    - fixer la majoration de salaire à laquelle elles donnent lieu et, le cas échéant, les contreparties, notamment en termes de repos
    - Le taux de la majoration ne peut être inférieur au taux applicable pour la rémunération des heures supplémentaires dans l'entreprise ou dans l'établissement
    Au niveau de la rémunération : Répercussion jusqu'à 50% des charges sociales du salaire brut sur le salaire net. Majoration du salaire d'au minimum 15% et réduction jusqu'à 30% des charges patronales pour l'employeur en ce qui concerne les heures « choisies ».
    Le taux de la majoration de salaire ne doit pas être inférieur au taux minimum fixé par convention ou accord collectif de branche étendu ou par accord d'entreprise ou d'établissement si il y en a et sera de 25% si il n'y en a pas.
    Pourquoi ?
    - Privilégier les heures « choisies » face aux heures supplémentaires, pour de meilleures relations entre employeurs et salariés

    - Amélioration des rémunérations pour les heures supplémentaires
    Le refus d'un salarié de faire des heures supplémentaires ne peut être considéré comme motif valable de licenciement. Les heures supplémentaires continuent à ouvrir droit à une majoration de salaire et, sous condition, à un repos compensateur.
    Au niveau de la rémunération : majoration du salaire de 15% minimum, au lieu de 10% aujourd'hui, si présence de convention ou accord collectif de branche, et de 25% si il n'y en a pas. Harmonisation à 25%

    - Redéfinition du contingent d'heures supplémentaires
    Le contingent annuel d'heures supplémentaires reste fixé par convention ou accord collectif de branche étendu ou par accord d'entreprise ou d'établissement. À défaut, le contingent réglementaire s'applique : celui-ci passe à 235 heures par an et par salarié dans les entreprises - quel que soit leur effectif - dans lesquelles aucun contingent conventionnel n'est applicable. L'employeur qui souhaite faire exécuter des heures supplémentaires dans le cadre du contingent ne pourra en informer qu'uniquement le comité d'entreprise ou, à défaut, les délégués du personnel. L'Inspecteur du travail doit être informé en cas de dépassement de ce contingent et peut le refuser.
    Pourquoi ?
    - Diminuer les procédures administratives et faciliter l'utilisation d'heures supplémentaires

    - Répercussion jusqu'à 40% des charges sociales du salaire brut sur le salaire net pour les salariés de commerces travaillant le dimanche
    En cas de réalisation d'heures supplémentaires ou « choisies » le dimanche, la répercussion des charges sociales sur le salaire net est amené à 20% en plus des améliorations de rémunération dues à la réalisation d'heures supplémentaires ou d'heures choisies.
    Pourquoi ?
    - Rendre attractif aux salariés de commerces la possibilité de travailler le dimanche

    - Suppression de la disposition dérogatoire de la loi du 31 mars 2005 sur la prise en compte des heures supplémentaires effectuées au-delà des 36 heures pour les entreprises de 20 salariés ou moins
    - Les heures supplémentaires et heures choisies doivent être prises en compte à partir à partir de la 36ème heure pour tous les salariés de toutes les entreprises, quelque soit l'effectif.
    Pourquoi ?
    - Une plus grande égalité des salariés

    votre commentaire
  • Un code du travail simplifié n'est pas forcement synonyme de plus grande précarité et de moins de protection pour le salarié. Il est cependant une évolution nécessaire afin qu'il soit plus compréhensible et plus facile d'utilisation à la fois pour l'employeur et le salarié. Mais bien avant une simplification du code du travail c'est bien d'une rénovation des procédures administratives qui est indispensable. Nous avons également de très nombreux contrats dont beaucoup de français et même de DRH n'en connaissent même pas l'existence, avec des contrats aidés sous toutes les formes inimaginables, des contrats précaires voir très précaires qui n'incitent en rien à faciliter l'embauche. N'oublions pas que 80% des emplois privés en France le sont dans des PME/PMI, les services de ressources humaines sont limités voir inexistants.

    Les conditions d'emploi

    Le CTU (Contrat de Travail Unique)
    Pourquoi?
    - Avoir les mêmes garanties pour TOUS les salariés
    - Rompre le fossé entre CDI et tous les autres contrats précaires (CDD, CNE, intérim, contrats jeunes....)
    - Permettre de faciliter l'accès au logement et au crédit pour beaucoup de travailleurs précaires
    - Une meilleure visibilité pour les employeurs et les demandeurs d'emplois
    - Des démarches administratives simplifiées pour l'embauche et le licenciement
    - Des modalités du contrat plus nombreuses à définir entre l'employeur et le candidat à l'embauche ou par les conventions collectives

    Le CCA (Contrat Continuité Activité)
    Réservé uniquement aux citoyens en situation de retraite ou de préretraite. Permet un revenu complémentaire à la retraite et de donner la possibilité de
    travailler et donc de ne pas rester inactifs pour les personnes qui le souhaitent. Contrat de collaboration et non salarié. Il n'est pas considéré comme
    salarié et n'est pas pris en compte dans la masse salariale. Contrat modulé et aménagé selon les deux parties. Contrat qui ne peut cependant dépasser
    une durée de 25 heures par semaine. La rémunération minimum est de 60% du SMIC. Le collaborateur n'a pas de charges sociales. L'employeur a un
    taux de 40% de charges patronales sur le salaire versé. Pour les PME de moins de 20 salariés ce taux baisse à 20%. Le contrat peut être révisable à la demande du collaborateur ou de l'employeur à tout moment. Les deux parties peuvent mettre fin à la collaboration au moment qu'elles le souhaitent.
    Un collaborateur est là pour apporter son expertise à l'entreprise et aux salariés. Il ne peut en aucun cas occuper un poste de salarié.
    Pourquoi ?
    - Participer à la rénovation du nouveau système de Santé face à la démographie vieillissante
    - Permettre à beaucoup de seniors de ne pas rester inactifs selon leurs vœux et une transmission de savoir faire et de méthodes avec les nouvelles générations
    - Contribuer fortement dans la création d'entreprises avec une assistance et une collaboration d'expérience pour les jeunes entrepreneurs

    Le Monde de l'Emploi

    Permettre un suivi approfondi du parcours professionnel dans un but d'évolution de carrière. Hier nous avions un emploi à vie pour beaucoup, aujourd'hui nous avons un parcours professionnel en moyenne dans 3 à 7 entreprises différentes tout le long de la vie, demain nous devrons exercer 2 à 4 métiers totalement différents tout au long de la vie, dans 5 à 10 différentes entreprises, avec une mobilité internationale.

    A la recherche d'emploi jusqu'à la construction d'un parcours professionnel

    - Une redéfinition des objectifs de l'ANPE : Vers une meilleure information
    Une amélioration significative de l'information par la mise en place des annonces plus rapidement, clairement visibles. Donner la possibilité de contacter soit même l'entreprise. Une plus grande utilisation d'Internet. Optimisation des réseaux de communication entre agences avec une information disponible en temps réel. Mise en place de bases de données plus complètes à la fois sur les profiles et compétences des candidats mais aussi au niveau des offres d'emploi.
    Pourquoi ?
    - Faire de l'ANPE un véritable centre d'information et de communication entre l'offre et la demande d'emploi avec la création d'un nouveau système d'information avec pour base Internet sur le plan national
    - Améliorer la rencontre de l'offre et de la demande et réduire ainsi le temps entre l'émission d'une offre d'emploi et le temps de la découverte de l'offre par le plus grand nombre de candidats potentiels
    - Une information détaillée des formations possibles de requalification et de formations à de nouveaux métiers

    - Une redéfinition des objectifs de l'ANPE : Vers plus de suivi
    Un suivi personnalisé tout au long de la vie avec la construction d'un véritable parcours professionnel, et une véritable alternance emploi/formation. Un conseiller unique tout au long de son parcours professionnel afin de mieux définir et plus rapidement les compétences et potentiels d'un individu ainsi que ses aptitudes à se reconvertir dans différents métiers.
    Pourquoi ?
    - Se diriger vers une plus grande protection du parcours professionnel plutôt que vers une plus grande protection de l'emploi
    - Redéfinir la formation des conseillers ANPE pour un plus grand suivi des individus tout au long de leur carrière professionnelle afin de pouvoir réellement évoluer professionnellement
    - Permettre un suivi personnalisé et permanent avec un unique conseiller ANPE afin de trouver de meilleures solutions et plus rapides de formation ou de requalification
    - Passer de phases Emploi-Chômage-Emploi vers des phases Emploi-Formation-Emploi
    - Rendre les revenus plus réguliers et donc de ne pas tomber brutalement dans la grande précarité
    - Ne pas sortir brutalement du monde actif et créant un sentiment d'exclusion
    - Rendre plus lisible les formations qui peuvent se présenter à chaque individu

    - Donner une nouvelle formation appropriée aux conseillers ANPE dans leurs nouvelles missions
    En rapport avec les nouveaux outils qui seront utilisés ainsi qu'une formation pédagogique et sur les évolutions de carrière afin de créer avec la personne un véritable projet de plan d'avenir d'emploi et de formation

    - Donner de véritables moyens de mobilité
    Participation de l'entreprise pour permettre de trouver un logement et installer son employé, facilité d'emprunt, réduction d'impôts de 5 à 20% pendant une période définie qui peut varier de 1 an à 5 ans....

    - Faire fusionner l'ANPE, l'APEC et l'UNEDIC

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires